Journal de grève J351

De l’engagement

Je crois que je comprends pourquoi je suis souvent très triste, quand des histoires avec des hommes s’arrêtent. J’ai longtemps cru que je souffrais plus que mes partenaires, parce que j’étais plus fragile, plus sensible. Mais je crois que ce que l’on pleure quand quelque chose se brise, c’est ce que l’on a donné de soi. Plus on engage dans un lien, de temps, d’attention, de créativité, plus on souffre quand ça prend fin. C’est pour ça que les mecs qui n’investissent rien s’en tirent si bien après les ruptures !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s