ABOUT THE HARASSMENT CAMPAIGN THAT THE PERFORMER ROOSTER HAS BEEN CONDUCTING AGAINST ME FOR A YEAR AND A HALF.

 Rooster and I meet in April 2017. We immediately become lovers.

I meet Rooster at the Porn Film Festival in London in April 2017. Rooster tells me they loved my first movie, The Bitchhiker, we talk. We meet again the next day. The two of us spend the afternoon at the Tate Modern, talking about alternative porn. And we go, later that night, to my hotel. Rooster and I spend our first night together. 

I’m going back to Paris the next day. Rooster and I stay in touch. They sends me messages daily, accompanied by heart emojis. At this time, I am working on the pre-production of two films for Erika Lust Films. Rooster tells me that they dreams of performing for this production company. So I offer Rooster to put them in contact with Erika Lust Films.

Rooster goes through two casting interviews with Erika Lust Films (one with a talent manager, and the other one with Erika Lust), in which they is asked about their sexual boundaries, and also if they would be OK to perform with me. We are finally booked together to shoot in a XConfessions film: Architecture Porn. We receive the script and agree that we would perform a pegging scene together. The use of toys and harnesses for the sex scene is discussed in detail.

Rooster writes to me that they would like to see me. I would too, so I organize a weekend in France in an AirBnB by the sea. Walks on the beach, moules frites, Polaroid sessions, nap overlooking the sea. We take advantage of this time together to adjust our practices and our consent for the pegging scene that will take place during the filming of Architecture Porn. During this weekend, our bond is growing stronger, and Rooster is showing a lot of enthusiasm for my work, so I invite them to perform as well in my film Don’t Call Me A Dick. It will be shot in Barcelona just after Architecture Porn. Rooster will perform alongside Bishop Black and Heidi Switch.

Rooster performs in two short films, shot in Barcelona in June 2017. I direct the first one: Don’t Call Me A Dick. The second one, Architecture Porn, is directed by Erika Lust, we are co-performers.

During the preparation of Don’t Call Me A Dick, Rooster is treated with all the professionalism needed for the pre-production of any ethical porn film. The scenario of the film is sent to them weeks in advance. Rooster confirms in writing and orally that they is comfortable with the sexual acts described. They is given an opportunity to talk with Heidi Switch and explain their limits before shooting. I make sure they are both happy to perform together.

Rooster and I meet again in Barcelona, a few days before the shooting of Architecture Porn and Don’t Call Me A Dick. Rooster is asking to spend time with me, but I am very busy with the pre-production of my films. They comes to sleep to my apartment instead of enjoying their hotel room. It gives us the opportunity to talk again about what we will do on set of Architecture Porn.

Rooster and I perform together in Architecture Porn on June 9, 2017. We laugh and play, the atmosphere is relaxed and warm. During the shooting, each position we perform is previously discussed between us and with the director, Erika Lust, in the presence of the main film crew and of the talent manager. A « making-of » precisely documents the shooting. After the shooting, Rooster tells me and the crew they is very happy with their experience. We sleep together the same evening.

The day before the filming of Don’t Call Me A Dick, Rooster says they is starting to feel a little sick, that they has caught a cold. I offer them not to shoot, and to rest to get better instead. Bishop Black is OK to perform Rooster’s role in the film, so replacing Rooster does not create any problem at all for us. Rooster insists on shooting. 

On June 11th, on the set of Don’t Call Me A Dick, Rooster arrives tired. They starts the day by taking a long time off, leaving the studio, while they was expected on set. I offer them again to return to their hotel and sleep. Out of the blue, Rooster takes me aside and asks me if I will not be jealous of their co-performer, Heidi Switch, when they perform together. I answer: no, of course not! Rooster seems hurt by my answer. They closes up. 

We change the shooting plan to give Rooster time to rest in the studio in the morning. Several hours later, when it’s Rooster’s turn to perform, the production and I ask them again if they feels ready to perform. Rooster answers: yes, they wants to shoot. So we shoot the sexual practices Rooster agreed on, and only these sexual practices. I ask them several times if they is fine. They does not, at any point, tells me that they is not feeling comfortable with something. The same evening, Rooster comes to sleep at my place.

 I go back to Paris and put an end to our romantic relationship.

The next day, I go back to France to start editing the films. In the morning, before my departure to the airport, Rooster confesses to me that they found me distant during the shooting of Don’t Call Me A Dick. That they would have liked me to show more empathy for their cold, and that they would have liked to see that my professional mission mattered to me less than our personal relationship. I answer that collaborating on a film together should not turn into me having to make a choice between them and the film. 

As soon as I arrive at the airport, Rooster sends me very long audio messages, insisting that they does not want our relationship to end, and confessing paranoid tendencies in a previous romantic relationship.

When I arrive in Paris, I explain to Rooster that I do not see myself continuing a relationship with them. We spend a long time on the phone, I clearly expose the reasons why I do not project myself into a relationship with them. We agree to stay friends. 

 I maintain my offer to Rooster to be the DOP of my next film, shot in Berlin in July 2017. But the collaboration is difficult, at every level. 

I had offered Rooster, back in May 2017, shortly after we met, to work with me on my 4th film, the orgy We Are The (Fucking) World. This film had to be shot in Berlin in July 2017. Rooster would this time be behind the camera. 

I am having mixed feelings, after the experience of Don’t Call Me A Dick, but Rooster and I decided to remain friends, and I do not want the end of our intimate relationship to take away a professional opportunity from them. Hence, I maintain my proposal to work with me as director of photography. 

When we meet in Berlin, Rooster insists that we talk about us, without me understanding what we still can say about it. Once on set, Rooster turns out to be particularly difficult to work with. Overly taking their time, when time is running out, refusing to listen to the line producer, and answering my questions with anger, when not ignoring them. I find their attitude aggressive and unprofessional. 

While I’m editing the film in Paris, the line producer and I even receive aggressive audio messages from Rooster, because I told Rooster that we have problems with the focus and the exposition on their rushes. They calls our comments “bullshit”. 

The line producer sets the record straight with Rooster. She sends them the following message:

 “I have watched your rushes, and I must say, I am disappointed. You took only a few short shots and no close ups. You did not shoot the whole thing. You would not take direction from Barbara or myself. You were not open to any dialogue with me in order to trouble shoot problems or come up with alternative solutions.

You did not do your job. As you have been in the beginning, I am willing to do this job for you. I assumed you cared. I assumed you were invested. Your lack of motivation to capture what you are asked to document is shocking. “

 In August 2017, I put an end to my professional relationship with Rooster and inform Lust Productions. In October 2017, Rooster and I see each other at the Porn Film Festival in Berlin.

At their request, Rooster and I see each other in October 2017, at the Porn Film Festival in Berlin. We talk openly about my feedback about their work to Lust Production. Rooster is friendly with me. They asks me if they can introduce me to other performers. Introducing me to other performers … a sign among many others that at this point, Rooster has nothing to reproach me. They recommends me to sex workers friends.

After this moment together in Berlin, our relationship remains friendly. The following month, Rooster supports the promotion of the films they has worked on with me. We plan a trip to Poland for a film festival. 

 End of November 2017, Rooster tells me that they wants to “reignite” a romantic relationship with me. I tell them that I met someone.

The last week of November 2017, I’m in London for a screening of We Are The (Fucking) World. Rooster offers that we spend an evening together. I accept. But before we actually meet, they sends me a message in which they expresses a desire to renew an intimate relationship together. 

« Maybe we would like to try and reignite our « more-than-friendship-but-not-really-a-relationship » relationship. »

I answer that it’s impossible because I met someone and I am in an exclusive relationship with that person. I maintain my desire to see them at the screening and to have a friendly dinner with them. But Rooster sends me a long audio message, angry that time, that he tells to be his “final” message. They says that they feels emotionally manipulated, and that they does not want to hear about me at a personal level anymore. They wants to keep in touch with me only on a professional level, for the promotion of the films:

“I know I still have a relationship with you that we are doing together, but I think it’s a good idea to do that. time, and as I said, drag this on to be so long since June, even if it’s not even about me or not, but it’s not really about the time of day. That’s why I’ve been manipulated and stuffed, and I’m not sure why you’re going to be able to speak to anyone at this moment of clarity. Unfortunately, not traumatized, but to be more like, from where I’m coming from feeling emotionally manipulated. I would not want that to happen again and for me to be spiraled. I’ve been thinking a lot. I’m really good at being outside of work, and I’m not feeling like meeting up with you. “

I respect their choice and do not give them any more news.

 In may 2018, I hear through a festival that Rooster says one of their sexual boundaries was not respected on set of my movie Don’t Call Me A Dick. I try to understand.

In May 2018, I learn through the festival La Fête du Slip that Rooster goes since at least the month of March from festival to festival, saying that they was sexually assaulted on the set of Don’t Call Me A Dick. 

My requests for explanations are ignored by Rooster. They repeats that one of their boundaries has been violated but refuse to give more explanation, and to specify what exactly happened. 

I contact the team that was present on the set of Don’t Call Me A Dick, and reach out to Heidi Switch, who co-performed with Rooster in the film (Bishop Black had no interaction with Rooster), to try to understand. Nobody gets the accusations. 

Rooster’s allegations are confused and vague, but it is clear that I am the only person targeted. I understand the following weeks that they contacts everyone I’ve worked with, to tell them that I’m a “dangerous” person.  

After an attempt at mediation entirely at my expense, during which Rooster refuses once again to say more about the aggression that he claims to have suffered, I decide to stop the contact. 

 Rooster multiplies conflicting accusations on many social medias and platforms. Within a few months, they publishes around a hundred posts targeting me.

Rooster takes their accusations to social networks. They starts publishing extensively our private correspondence from when we were seeing each other (for a purpose that I do not grasp) as well as intimate photos of me in bed, and pictures of my face scrawled maniacally in black. The messages published are partially cropped, re-framed and put into different context, attempting to cast a slur at me. But above all, they uses the hashtag #metoo. And they seriously calls me Harvey Weinstein. 

In a few months, they posts a hundred posts on all the platforms and social networks you can think of, from YouTube to Facebook and Instagram to Twitter and Medium, accusing me of being a “manipulative”, “dangerous” person, who has committed sexual assaults. They develops their harassment campaign by targeting Erika Lust as well, who produced and distributes my films. Erika Lust’s name is bigger than mine. Rooster gains visibility. Getting the attention of some influencers, Rooster posts even more, and multiplies the versions of their allegations, without worrying about contradicting themself.

Rooster first continues to claim that they has been sexually assaulted on the set of Don’t Call Me a Dick, pointing their finger at me as their assaulter, but not wanting to say more. However, Heidi Switch is the only person with whom they had sexual interaction during the shooting. Rooster never accuses Heidi Switch of having crossed any of their limits that day. Their accusations always target me personally.

Rooster and I were not alone for a second that day, I was at every moment with the DOP and/or the assistant director. More than a dozen of people were constantly on set. Rooster had agreed beforehand to the list of sexual actions that they would perform. When Rooster performed, we only shot sexual practices they had agreed on. While shooting, they never expressed discomfort or asked to stop the scene, neither to me nor to anyone in the production.

In a second step, Rooster suddenly claims that our relationship has always been exclusively professional, and that I have harassed and sexually abused them in the frame of our work together. According to them, I would have led them to believe that, in order to shoot in Architecture Porn, they had to have sex with me. I would have told him that having sex with me to rehearse the scene was mandatory, according to the protocols of Lust Productions.

 I file a claim.

At that time I refuse to publish Rooster’s affectionate messages, selfies, sexting, and even the angry messages they sent me after feeling romantically rejected. It would easily prove Rooster’s bad faith and harmful intentions. But it does not feel like me. It is important for me to react in a way that feels right and worthy. And I do not want to submit myself to those shams of people’s court that happen on social networks. I do not want either to make my private life public, or to justify myself for disjointed, even absurd accusations. 

I make the choice to file claims in France for public defamation (slender), as well as harassment and invasion of privacy. I hire a lawyer and decide to submit to justice, despite the cost, and slowness of the process. Putting together a claim for harassment will literally take us months, as we have to gather testimonies, certificates, and to list the dozens and dozens of URLS of Rooster’s posts. But we make it. My claim for harassment and invasion of privacy is available here, it recounts the facts clearly and accurately.  

  The harassment is intensifying.

Of course, before filing a claim, I have sent formal notices to Rooster, asking them to stop this behaviour. But it has had no effect on them. Rooster continues week after week, month after month, to create restlessly web pages, and accounts on social networks, all fully dedicated to accusing me of the worst crimes. Their posts try to engage as many people as possible, with the injonction to call me out, and stop any contact with me. Rooster posts fall on me in bursts – up to dozens in a few hours.

The posts get seen and shared by more and more people. The dynamics on social networks are so, that people do not try to understand, to check the facts. It would have been simple though … there were 12 people on the set, clearly identified, and easy to contact in order to verify Rooster’s story. But it is easier to be outraged straight away, to relay the post and to call for a virtual lynching, right? I know the feeling, the satisfaction. It makes us feel like we did something good, fought a villain and protected the weak and innocent, all with one click. But what a harmful click. 

Friends and professional acquaintances turn their back on me. People I do not know contact me to insult me.

I go to the police in UK. Rooster receives a warning for harassment by the London Met Police.

I contact the police in the United Kingdom, of which Rooster is a citizen (and resides at), to signal the harassment, hoping that an investigation and an injunction will take place more quickly than in France. And it does. Rooster receives a warning for harassment from the London Met Police. They denies for a while knowing about it, then changes version a few months later, clamoring on social networks that I threaten them, in order to silence them. 

I am socially withdrawing, while Rooster is working twice as hard to spread their allegations. I did not think that simple posts, that something immaterial, that virtual life could generate that much suffering. I feel constant anxiety for months and months. Between two salves of attacks, I have the impression of a sword of Damocles hanging over me. I dread Rooster’s next lie. Given the way their story evolved, changed, and unfolded so far, I am wondering how far they will go. I lose sleep, appetite, my focus. I go through months of stupor.

☛ Stalking, showing up at events uninvited, posting about “harming someone”… The harassment takes a dimension that I experience as physically threatening.

I start a therapy, and I stay away from the festivals where my films are screened. Despite being blocked, Rooster stalks my social networks and takes the opportunity to go to these festivals that I am avoiding now, even when they have nothing to do with porn, even without being invited at all. They rises on stage when Don’t Call Me A Dick is screened, to talk about the film in my place. They posts pictures of them on stage, during talks, triumphal. The threat becomes physical. Rooster stalks and goes without notice to events to which I am invited. Which makes me feel like avoiding those events even more.

Rooster also publishes threats of suicide or physical aggression on their social networks. 

« It had gotten to the point where the only options I had left during that intense period of time were: i). to harm myself or ii). to inflict harm to someone else. » 

Someone ? Hard not to feel targeted.

I go back to the police in UK, report that the harassment continues. They investigate the case and convoke Rooster for an interview.

 In the spring of 2019, Rooster changes their narrative again. They now says that they has been raped. On the set of Architecture Porn, this time.

Rooster continues their accusations with waves of posts. They changes version again, and announce to have filed a claim for rape against me. To date, I have not received any notification, but they publishes the first page of a lawyer’s document on social networks. I can not presume their truth. Has they really made a slanderous denunciation or is it yet another intimidation attempt? I do not know. 

In that claim, Rooster seems to admit again they has been in a romantic relationship with me; the document mentions that being a couple doesn’t presuppose that sex is consented.

Rooster claims at first that they was penetrated by surprise. The images show that it’s impossible.

Online, Rooster claims at first that the scene of pegging in Architecture Porn would have taken place under the effect of the surprise. A making-of the film is online. The images show very clearly the impossibility of a penetration by surprise. We see Rooster waiting for the penetration scene, already in position, even before I enter the frame.  Erika Lust also refuted the possibility of rape or sexual assault on this shooting that happened under the watch of 20 crew members, and on the shooting of Don’t Call Me A Dick. 

Then Rooster talks about a secret sign between us, which I would have deliberately ignored. Again, the images show the opposite.

Rooster then prefers to accuse me of ignoring a sign that they would have made, so that we stop the penetration during the scene. This secret sign never existed. Why would we have agreed to a sign, when we could just talk to each other, as we did all the rest of the shooting?

The Porn Architecture rushes are in my possession, and they show the scene in its entirety, without any cut, from the beginning to the end of the penetration. (I will only share the password on demand). The pictures once again contradict Rooster’s accusations. No cryptic sign is exchanged, we are connected at all times though looks and touching. We talk, we laugh, we look at each other. The moment Rooster wishes to change position, we change position. The end of the penetration scene is also clearly visible in the making-of.

Moreover, Rooster, interviewed after the scene, talks happily about the the freedom that was granted to us on set. They says in this same making-of:

“I really love that she (Erika Lust) was OK with a lot of freedom, to do whatever we wanted.”

Rooster misuses a letter I sent them about Don’t Call Me A Dick.

As a last resort, Rooster publishes a letter of formal notice that I sent them at the beginning of their harassment campaign against me, when their allegations still related to the movie Don’t Call Me A Dick. My lawyer reiterated in this notice the boundaries that Rooster had told me about for this film, in which they performed with Heidi Switch. Here is an extract from the letter.

“(Olympe de G.) invited you to appear in a film she was making entitled Don’t Call Me a Dick. You did so appear. When invited to appear you told (Olympe de G.) you were not willing to have oral sex performed on you, nor to be penetrated in a ’doggy style’ position. You did not set any other sexual boundaries. (Olympe de G.) respected your stipulations about oral sex and doggy style anal sex. “

In the pegging scene of Architecture Porn, Rooster lays on his stomach. When Rooster and I had both talked about our boundaries in France, before the filming of Architecture Porn, Rooster told me that doggy style was a position that they only practiced if they felt intimate with someone. Rooster had then proposed, that same evening, to practice doggy style with them, saying that with me, they felt it would be OK. That night, I preferred that we do not practice it.

Our sexual boundaries depend on the context in which we have sex, and on the partners we have sex with. Rooster did not want to be penetrated doggy style on a shooting with Heidi Switch, who they did not know. This boundary has of course been respected. On the other hand, Rooster was keen on practicing doggy style together with me.

This is what the Architecture Porn’s images show: Rooster is waiting on the stomach for me to join them, and is guiding me. The sex that is filmed has been discussed, and prepared. And this detailed talk about the sex scene before the shooting had many witnesses: Erika and her main crew. Even a talent manager was present to make sure that we, as performers, felt good and were heard.

Why I find deeply revolting the way Rooster instrumentalizes #MeToo

If Rooster’s rape claim has really been filed, I will not hesitate to file a claim for slanderous denunciation.

Beyond the nightmare that Rooster made me live these past 17 months – I have already expressed myself on the psychological consequences of his campaign of harassment – I am deeply shocked by the way Rooster misuses the #MeToo movement to satisfy his desires for personal revenge. 

Women have been fighting for years for victims of sexual assault to be heard, without being systematically discredited. This new, fragile context, which helps freeing a speech as sincere as it is painful, is based on the fact that the testimonies of victims are accepted without questioning. #MeToo is to believe without hesitation a person who expresses their pain of being assaulted. It is a useful and positive step when the victims are motivated by nothing but a thirst for justice. 

I participated in the #MeToo movement in the fall of 2017, speaking on social networks for the first time of sexual assault that happened to me when I was between 11 and my 21 yo. I understand the feeling of injustice, and the need to be heard. #MeToo has been an important moment in my life. On the other hand, that this dynamic turns against me, I did not see it coming. For me, the backlash has been almost instantaneous.

When Rooster used the hashtags #MeToo, #TimesUp, it was to propagate opportunistically some terrible lies. They used MeToo for personal revenge against me. Associated with the hashtag #MeToo, their testimonials have not been questioned, they have been welcomed with sympathy. Rooster has been publicly thanked by festivals for their bravery, and has been invited to participate in roundtables to talk about their experience, to raise awareness about porn performer’s safety on porn shootings. 

Such a cynicism is appalling. #MeToo is not an instrument of revenge, #MeToo is not made to manage a feeling of rejection, frustration, paranoia. #MeToo is not a weapon that someone can turn against a woman who did not want them. Using #MeToo to harm someone is deeply dishonest, it’s opportunistic, and it’s the worst one can do to victims who are fighting for their speech to be not questioned, doubted. 

When a liar takes advantage of #MeToo, and makes false accusations of rape or sexual assault to harm someone, it gives water to the mills of all those who put in doubt the voice of the victims. The very existence of this opportunist speech weakens the word of the real victims. And that is revolting. Stop it.

☛ September 2019, Rooster is indicted for defamation.

Rooster has been indicted for public defamation at the Justice Court in France, for their posts on Medium.

A few days after they was heard by the judge in Paris, they posts videos encouraging cyber harassment against me on Instagram and YouTube…

“If people wanna call out Olympe or call in Olympe – especially if you’re French – please do it! Don’t keep on like putting you know … Use your privilege and do it! (…) She can not sue us all”

Still, this indictment is good news. And here is a useful information, if you happen to be the target of online harassment in France. Cyber harassment raids are punished since August 2018 by Loi Schiappa, a law that punishes more seriously sexual and sexist violences, including those that are committed online.

☛☛☛ TLDR?

After being romantically rejected, the porn actor Rooster makes a series of spiraling and conflicting accusations against their ex lover, the porn director Olympe de G. Rooster accuses her of sexual assault, then rape, on social medias. She shares in all transparence the making-of and uncut images of the film. And files a claim for harassement. Rooster is indicted for defamation in France.

Au sujet de la campagne de harcèlement que le performer Rooster mène contre moi depuis un an et demi.

NB: Rooster est un acteur de films pour,ographiques qui revendique une identité de genre non binaire, j’utiliserai donc dans ce texte le pronom « ille ».

Je rencontre Rooster en avril 2017. Nous devenons amants.

Je rencontre Rooster au Porn Film Festival de Londres, en avril 2017. Rooster me dit avoir adoré mon 1er film, The Bitchhiker, nous sympathisons, puis nous nous revoyons le lendemain. Une après-midi passée à la Tate Modern, à parler porno alternatif. Et qui se conclut le soir même, tous les deux, à mon hôtel. Rooster et moi y passons notre première nuit ensemble. 

Je repars à Paris le lendemain ou surlendemain. Rooster et moi restons en contact. Ille m’envoie des messages quotidiennement, ponctués d’emojis cœurs. Je travaille à cette époque à la pré-production de plusieurs films pour Erika Lust. Rooster m’ayant avoué qu’ille rêvait de tourner pour Lust Productions, je lui propose de le mettre en relation avec Erika Lust Films. En plus de nos conversations personnelles, des projets professionnels s’ajoutent à nos échanges.

Rooster passe deux entretiens avec Erika Lust Films (un avec leur talent manager, et un avec Erika Lust). Il lui est demandé quelles sont ses limites sexuelles, et s’ille aimerait performer avec moi. Nous sommes finalement castés pour performer ensemble dans Architecture Porn. Nous recevons le script peu de temps après, et nous mettons d’accord pour pratiquer une scène de pegging. Nous discutons en détail avec la production du choix de harnais et de gode ceinture.

Rooster m’écrit qu’ille a envie de me voir. Je partage cette envie, j’organise un week-end en France dans un AirBnB en bord de mer. Balades sur la plage, restaurant, séances photo au polaroïd, sieste avec vue sur la mer. Nous profitons de ce temps passé ensemble pour mettre au point nos pratiques et notre consentement pour la scène de pegging qui aura lieu lors du tournage d’Architecture Porn. Pendant ce week-end, notre lien se renforçant, et Rooster montrant beaucoup d’enthousiasme pour mon travail, j’invite Rooster à performer également dans mon film Don’t Call Me A Dick qui doit être tourné à Barcelone juste après Architecture Porn. Il y jouera aux côtés de Bishop Black et Heidi Switch.

Rooster joue dans deux films tournés à Barcelone en juin 2017. Je réalise le premier : Don’t Call Me A Dick. Le second, Architecture Porn, est réalisé par Erika Lust, nous y sommes co-performers.

Lors de la préparation de Dont’ Call Me A Dick, Rooster est traité avec tout le professionnalisme indispensable à la pré-production d’un porno éthique. Le scénario du film lui est envoyé un mois à l’avance. Rooster confirme par écrit et par oral qu’ille est à l’aise avec les actes sexuels qui y sont décrits. Il lui est été donné l’occasion de s’entretenir avec Heidi Switch pour lui expliquer ses limites avant le tournage. 

Rooster et moi nous retrouvons donc à Barcelone pour les tournages d’Architecture Porn et Don’t Call Me A Dick. Rooster se montre en demande de passer du temps avec moi, alors que je suis très prise par la pré-production de deux de mes films. Ille vient dormir à mon appartement au lieu de profiter de sa chambre d’hôtel. Cela nous donne l’occasion de nous reparler de ce que nous ferons sur le tournage d’Architecture Porn.

Nous jouons ensemble dans Architecture Porn le 9 juin 2017, la scène de pegging se passe dans une ambiance complice. Pendant le tournage, chaque position que nous effectuons est discutée avant d’être réalisée entre nous et avec la réalisatrice, Erika Lust, et cela en présence de toute l’équipe du film ainsi que de la talent manager. Un making-of documente précisément le tournage. Après le tournage, Rooster dit être heureux de son expérience. Nous dormons ensemble le soir même.

La veille du tournage de Don’t Call Me A Dick, Rooster m’explique se sentir un peu malade, comme s’ille avait attrapé un gros rhume. Je lui propose de se reposer, et de le remplacer. Bishop Black est d’accord pour jouer son rôle dans le film, remplacer Rooster ne nous pose donc aucun problème. Rooster proteste et insiste pour tourner. 

Le 11 juin, sur le plateau de Don’t Call Me A Dick, Rooster arrive fatigué. Il commence la journée en s’absentant longuement alors qu’il était attendu pour tourner. Je lui propose de nouveau de rentrer à son hôtel. Rooster me prend alors à part et me demande si je ne serai pas jalouse de sa co-performeuse, Heidi Switch, lorsqu’ils tourneront leur scène ensemble. Je réponds : non, bien sûr que non ! Rooster semble blessé par ma réponse. Ille se renferme. 

Nous revoyons le plan de travail pour laisser à Rooster le temps nécessaire pour se reposer à l’écart. Lorsque c’est au tour de Rooster de tourner, la production et moi-même lui demandons de nouveau s’ille se sent prêt à performer. Rooster répond que oui, ille veut tourner. Nous tournons donc les pratiques sexuelles pour lesquelles ille nous a donné son accord, et uniquement ces pratiques sexuelles. Je lui demande plusieurs fois s’ille va bien. Ille ne nous signale aucun inconfort. Le soir même, ille vient de nouveau dormir chez moi.

Au retour des tournages, je mets un terme à notre relation amoureuse.

Le lendemain, je repars en France. Le matin, avant mon départ pour l’aéroport, Rooster m’avoue qu’ille m’a trouvée distante sur le tournage de Don’t Call Me A Dick. Qu’ille aurait aimé que je montre plus d’empathie pour son rhume, et qu’ille aurait souhaité voir que ma mission professionnelle m’importait moins que notre relation personnelle. Je lui réponds qu’ille ne s’agissait pas de faire un choix entre lui et le film. 

À peine suis-je arrivée à l’aéroport, que Rooster m’envoie de très longs messages audio, insistant sur le fait qu’ille ne souhaite pas que notre relation se termine, et confessant des penchants paranoïaques dans le cadre de ses relations amoureuses.

Arrivée à Paris, j’explique à Rooster que je ne me vois pas continuer une relation amoureuse avec lui. Nous passons un long moment au téléphone, j’expose clairement les raisons pour lesquelles je ne me projette pas dans une relation avec lui, avec toute la bienveillance possible. Nous tombons d’accord pour rester amis. 

En juillet 2017, je confie malgré tout à Rooster le poste de chef opérateur sur un film que je réalise à Berlin.

J’avais proposé à Rooster, peu de temps après notre rencontre, de travailler ensemble sur mon film suivant, l’orgie We Are The (Fucking) World. Il doit être tourné à Berlin en juillet 2017, et Rooster doit y être cette fois chef opérateur. Malgré l’aspect compliqué que prend la relation avec Rooster, je ne veux pas que la fin de notre lien sentimental vienne lui ôter une opportunité professionnelle. Je maintiens donc ma proposition de travailler avec lui comme directeur de la photographie. 

Lorsque nous nous retrouvons à Berlin, Rooster insiste pour que nous parlions de nous, sans que je saisisse bien ce que nous pourrions encore nous en dire. L’échange tourne court. Une fois sur le tournage, Rooster se révèle être un collaborateur particulièrement difficile. Prenant exagérément son temps, quand justement le temps presse, refusant d’écouter la directrice de production, et répondant de façon dure et sèche à mes questions. Je trouve son attitude agressive et peu professionnelle. Pendant le dérushage du film, que je mène à Paris, la directrice de production et moi-même recevons même de longs messages audios agressifs de la part de Rooster, car j’ai osé lui dire que nous avons des problèmes de mise au point et d’exposition sur ses rushes. Il a qualifie nos commentaires de « bullshit ». 

La directrice de production met donc les pendules à l’heure avec Rooster. Elle lui envoie le message suivant :

 “I have watched your rushes, and I must say, I am disappointed. You took only very short shots and no close ups. You did not shoot the whole thing. You would not take direction from Barbara or myself. You were not open to any dialogue with me in order to trouble shoot problems or come up with alternative solutions.

You did not do your job. As you were, in the beginning, willing to do this job for free, I assumed you cared. I assumed you were invested. Your lack of motivation to capture what you were asked to document is shocking.

En août 2017, je mets un terme à mes collaborations professionnelles avec Rooster et en informe Lust Productions. En octobre 2017, à la demande de Rooster, Rooster et moi nous voyons au Porn Film Festival de Berlin.

Rooster et moi nous revoyons en octobre 2017, à sa demande, lors du Porn Film Festival à Berlin. Nous parlons à cœur ouvert de mon feedback auprès de Lust production, et comme Rooster se montre amical avec moi,  je lui propose de demander à Lust de lui donner une seconde chance comme chef opérateur. Rooster me demande s’ille peut me présenter à d’autres performers, que mon travail intéresse. Me présenter à d’autres performers… un signe parmi tant d’autres qu’à ce stade, il n’a rien à reprocher à mon travail.

Suite à cette entrevue, ille semble apaisé, nos relations restent amicales. Le mois suivant, Rooster soutient la promotion des deux films sur lesquels ille a travaillé. Nous projetons un voyage en Pologne pour un festival de cinéma. 

En décembre 2017, Rooster me dit qu’ille souhaite renouer une relation amoureuse avec moi. Je lui annonce que j’ai rencontré quelqu’un.

En décembre 2017, je suis de passage à Londres pour une projection de We Are The Fucking World. Rooster propose que nous passions une soirée ensemble. J’accepte. Mais ille assortit alors sa proposition d’un message dans lequel ille demande à ce que nous renouions une relation amoureuse. 

« Maybe we could kinda try and reignite our « more-than-friendship-but-not-really-a-relationship » relationship. »

Je lui réponds par écrit que c’est impossible, car j’ai rencontré quelqu’un et que j’ai une relation exclusive avec cette personne. Je maintiens mon envie de le voir à la projection et de dîner amicalement avec lui. Mais Rooster m’envoie un long message audio, coléreux cette fois, qu’il me dit être son message « final ». Ille exprime qu’ille se sent manipulé émotionnellement, et dit qu’ille ne veut plus entendre parler de moi sur le plan personnel. Ille ne veut rester en contact que sur le plan professionnel, pour la promotion des films :

« I know I still have to have associating with you regarding We Are The Fucking World or whatever or other kind of films that we’ve done together, but I think on a personal level, the fact that you couldn’t even give me some time, and as I said, drag this on for like so long since June, even if it’s not even to speak about relationship or whatever but even on a personal working relationship, you haven’t really given me the time of day. That’s why I felt manipulated and stuff, and I don’t see why I’ve had to speak to everyone else who aren’t really connected to the issue and you can just give me a moment of clarity. Unfortunately, in order not to further be more, not traumatized, but to be more like, from where I’m coming from feeling in a way emotionally manipulated. I wouldn’t want that to happen again and for me to be spiraled. I’ve been thinking a lot. I openly feel like outside of work, basically, and outside of the working relationship, I don’t feel like meeting up with you. »

Je ne lui donne donc plus aucune nouvelle.

Rooster dit dans des festivals qu’une de ses limites sexuelles n’a pas été respectée sur le tournage de Don’t Call Me A Dick. J’essaie de comprendre.

C’est en mai 2018 que j’apprends par l’intermédiaire du festival La Fête du Slip que Rooster va depuis au moins le mois de mars de festival en festival en disant qu’une de ses limites sexuelles a été violée sur le tournage de Don’t Call Me A Dick. 

Mes demandes d’explications à Rooster restent vaines. Ille répète qu’une de ses limites a été franchie mais refuse de donner plus d’explication, de préciser ce qu’il s’est passé précisément. 

Je contacte l’équipe présente sur le tournage de Don’t Call Me A Dick, joins Heidi Switch, la co-performer de Rooster dans le film (Bishop Black n’a aucune interaction avec Rooster sur le tournage), pour tenter de comprendre. Personne ne saisit les accusations . 

Les propos de Rooster sont confus et vagues, mais il est clair que je suis la seule personne visée. Je comprends les semaines suivantes qu’ille contacte toutes les personnes avec qui j’ai travaillé pour leur dire que je suis quelqu’un de « dangereux ».  

Après une tentative de médiation entièrement à mes frais, pendant laquelle Rooster refuse encore une fois d’en dire plus sur l’agression qu’ille prétend avoir subie, je décide de rompre le contact. 

Rooster multiplie les accusations contradictoires, sur une dizaine de plateformes et réseaux sociaux. En quelques mois, ille publie une centaine de posts me visant personnellement.

Rooster reprend la campagne contre moi sur les réseaux sociaux. Ille se met à publier abondamment les correspondances privées que nous échangions du temps où nous nous voyions, dans un but que je ne saisis pas, ainsi que des photos intimes de moi au lit, et des photos de mon visage gribouillées maniaquement de noir. Les messages qu’ille publie sont recadrés, présentés dans des contextes différents. Mais surtout, Rooster utilise le hashtag #metoo. Et me surnomme très sérieusement Harvey Weinstein. 

En quelques mois, ille poste une centaine de posts sur toutes les plateformes et réseaux sociaux imaginables, de YouTube à Facebook et Instagram en passant par Twitter et Medium, m’accusant d’être une personne « manipulatrice », « dangereuse », qui a commis des agressions sexuelles. Ille dirige sa campagne de harcèlement contre Erika Lust, qui a produit mes films et les distribue, a gagne ainsi de la visibilité. Obtenant l’attention de quelques influenceuses, Rooster redouble ses efforts. Et ille commence à multiplier des versions de plus en plus à charge, sans se soucier de se contredire.

Ille continue d’abord d’assurer avoir été agressé sexuellement sur le plateau de Don’t Call Me a Dick, en me désignant comme son agresseur, et sans vouloir en dire plus. Cependant, Heidi Switch est la seule personne avec qui ille a eu une interaction sexuelle lors du tournage. Rooster n’accuse jamais Heidi Switch d’avoir franchi la moindre de ses limites sur le plateau. Ses accusations me visent toujours personnellement.

Rooster et moi n’avons pas été seuls une seconde ce jour là, j’étais à chaque moment avec mon chef op et/ou l’assistante réal. Plus d’une dizaine de personnes étaient constamment sur le plateau. Rooster avait donné son consentement pour la liste de pratiques sexuelles que nous allions tourner. Nous n’avons tourné que ces pratiques. Rooster n’a exprimé aucun inconfort sur le plateau, ni à moi, ni à aucun membre de la production.

Dans un deuxième temps, Rooster prétend que nos relations n’ont jamais été que professionnelles, et que je l’ai harcelé et abusé sexuellement. Sa réécriture de notre histoire va loin, là encore : je lui aurais fait croire que pour tourner dans Architecture Porn, il était obligatoire selon les protocoles de Lust Productions qu’il ait un rapport sexuel avec moi. C’est pour cette raison que nous serions devenus intimes.

Je porte plainte.

À l’époque, je me refuse à publier les nombreux messages sentimentaux, les sextos, et mêmes les messages de dépit amoureux de Rooster pour prouver sa mauvaise foi et sa malveillance…  Il est important pour moi de réagir d’une façon qui me semble juste et digne. Je n’ai pas envie de me soumettre à un simulacre de tribunal populaire sur les réseaux sociaux, ni de livrer ma vie privée en pâture pour me justifier d’accusations décousues, contradictoires, absurdes même.

Je fais le choix de porter plainte en France pour diffamation ainsi que harcèlement et qu’atteinte à la vie privée. Je prends une avocate et décide de m’en remettre à la justice, malgré son coût, et sa lenteur. Rédiger la plainte en harcèlement nous prend des mois, il nous faut lister les dizaines de posts et de sites de Rooster, rassembler des certificats médicaux et des témoignages. C’est long, mais on y arrive enfin. Ma plainte pour harcèlement et atteinte à la vie privée est consultable ici, elle reprend les faits de façon claire et précise.  

Le harcèlement s’intensifie.

Bien sûr, avant de déposer plainte, j’ai envoyé des mises en demeure à Rooster, lui demandant de cesser ce comportement. Mais elles n’ont eu aucun effet, Rooster continue semaine après semaine et mois après mois à multiplier les pages web et les comptes sur les réseaux sociaux, tous dédiés à m’accuser des pires crimes. Ses messages hargneux, moqueurs, prenant un maximum de personnes à témoin et les enjoignant à se détourner de moi, me tombent dessus par salves — jusqu’à des dizaines en quelques heures.

Les posts de Rooster sont repris et partagés par de plus en plus de personnes, promptes à s’indigner. La dynamique sur les réseaux sociaux est ainsi faite que les gens ne cherchent pas à comprendre, à vérifier. Cela aurait pourtant été simple… il y avait 12 personnes sur le tournage, identifiées clairement, et faciles à contacter pour vérifier ses dires. Mais il est plus facile de monter sur ses grands chevaux immédiatement, de relayer ces histoires scabreuses et d’appeler à mon lynchage virtuel, non ? Je le sais, je l’ai fait aussi. On a l’impression que le temps passé sur les réseaux sociaux n’est pas vain, qu’on sert à quelque chose, qu’on se bat pour les bons, qu’on lutte contre les méchants, qu’on contribue à rendre le monde meilleur. En un simple clic. C’est satisfaisant. Mais quelles conséquences ont tous ces simples clics…

Des amis, des contacts professionnels me tournent le dos. Mais un de perdu, dix de retrouvés. Des gens que je ne connais pas me contactent pour m’insulter.

☛ Je contacte la police au Royaume Uni. Rooster reçoit un avertissement pour harcèlement de la part de la police Londonienne.

Je porte plainte pour harcèlement directement auprès de la police au Royaume Uni, dont Rooster est citoyen, en espérant qu’une investigation et une injonction iront lieu plus rapidement. Ça ne traîne pas, Rooster reçoit un premier avertissement pour harcèlement de la Met Police de Londres. Ille nie d’abord en avoir connaissance, puis se contredit quelques mois plus tard, clamant sur les réseaux sociaux que je le menace, afin de le réduire au silence. 

Je me replie socialement sur moi-même, tandis que Rooster redouble d’efforts pour continuer de répandre publiquement ses accusations.  Je ne pensais pas que des posts, de l’immatériel, de la vie virtuelle, pourraient générer cette souffrance. Je ressens pendant des mois et des mois une anxiété constante. Entre deux salves d’attaques, j’ai l’impression d’être en sursis. Je redoute le prochain mensonge de Rooster, qui sera certainement encore plus infamant. J’essaie d’imaginer ce qu’elle va inventer d’encore plus calomnieux. Mes scénarios catastrophes s’avèrent toujours en deçà de la réalité. Jusqu’où ira-t-ille ? Je perds le sommeil, l’appétit, ma concentration. Je traverse des mois d’hébétude et de peur.

☛ Rooster stalke mes réseaux sociaux, se présente aux événements auxquels je suis invitée, et poste publiquement qu’il veut parfois “faire du mal à quelqu’un”. Le harcèlement prend une nouvelle dimension que je vis comme menaçante physiquement.

J’entame une thérapie, et je me tiens à distance des festivals où mes films sont projetés. Rooster en profite pour se rendre à ces festivals que je déserte, même lorsqu’ils n’ont rien à voir avec le porno, même sans y être invité, montant sur scène lorsqu’est diffusé Don’t Call Me a Dick pour prendre la parole à ma place. La menace devient physique. Ille va stalker mes réseaux sociaux et se rend sans préavis aux événements auxquels je suis invitée. 

Rooster publie aussi des menaces de suicide ou d’agression physique sur ses réseaux sociaux. Disant que dans la situation dans laquelle ille se trouve, ille ne voit pas d’autre solution que « se faire du mal ou faire du mal à quelqu’un ».  Quelqu’un ? Difficile de ne pas me sentir visée.

« It had gotten to the point where the only options I had left during that intense crisis period was: i). to harm myself or ii). to inflict harm to someone else. »

Je recontacte la police de Londres, afin de signaler que le harcèlement continue. Ils convoquent Rooster.

Au printemps 2019, Rooster change une nouvelle fois sa version des faits. Ille monte encore d’un cran dans la gravité de ses accusations. Ille dit maintenant avoir été violé. Sur le tournage d’Architecture Porn, cette fois.

Rooster continue ses accusations par vagues. Ille décide de changer de nouveau de version, et annonce avoir porté plainte pour viol. Je n’ai à ce jour reçu aucune notification ou convocation, mais ille publie la première page d’un document d’avocat sur les réseaux sociaux. Je ne peux pas présumer de leur véracité. Est-ille allé jusqu’à la dénonciation calomnieuse ou est-ce une énième tentative d’intimidation ? Je ne sais pas. 

En tout cas, n’étant pas à une contradiction près, ille semble admettre avoir formé un couple avec moi, la plainte rappelant que le couple ne présuppose pas du consentement lors d’un rapport sexuel.

☛ Rooster prétend d’abord qu’ille aurait été pénétré par surprise. Les images montrent que c’est impossible.

En ligne, Rooster prétend dans un premier temps que la scène de pegging d’Architecture Porn aurait eu lieu sous l’effet de la surprise. Un making-of du film est en ligne. Les images du making of, ainsi que les rushes complets du film qui sont en ma possession et visibles à la demande, prouvent très clairement l’impossibilité d’une pénétration par surprise. On y voit Rooster attendant la scène de pénétration, déjà en position, avant même que j’entre dans le cadre. Erika Lust a également réfuté la possibilité d’un viol ou d’une agression sexuelle sur ce tournage et celui de Don’t Call Me A Dick. 

☛ Puis Rooster parle d’un signe secret entre nous, que j’aurais délibérément ignoré. Là encore, les images le contredisent.

Rooster préfère ensuite m’accuser d’avoir ignoré un signe qu’ille m’aurait fait, afin que nous arrêtions le rapport pendant la scène. Ce signe secret n’a jamais existé. Pourquoi aurions-nous convenu d’un signe, quand nous pouvions tout simplement nous parler, comme nous l’avons fait tout le reste du tournage ?

Les rushes d’Architecture Porn qui sont en ma possession montrent la scène dans son intégralité, sans le moindre cut, du début à la fin de la pénétration. (Je ne communiquerai le mot de passe de cette vidéo que sur demande.) Et les images contredisent encore une fois les accusations de Rooster. Aucun signe cryptique n’y est échangé, nous sommes connectés par le regard et le toucher, nous rions, nous parlons, nous faisons attention l’un à l’autre. Le moment où Rooster souhaite changer de position, nous changeons de position. La fin de la scène de pénétration est d’ailleurs bien visible dans le making-of.

D’ailleurs, Rooster, interviewé après notre scène, se réjouit dans ce même making-of de la liberté qui nous a été accordée sur le tournage. Ille dit :

“I really love that she (Erika Lust) was OK with a lot of freedom, to do whatever we wanted.”

☛ Rooster utilise une mise en demeure que je lui ai fait envoyer au sujet de Don’t Call Me A Dick.

Rooster ressort alors une lettre d’avocat que je lui ai fait parvenir au début de sa campagne de harcèlement, quand ses accusations portaient encore sur le film Don’t Call Me A Dick. Mon avocat réitérait dans cette mise en demeure les limites dont Rooster m’avait fait part pour ce film, dans lequel ille performait avec Heidi Switch. Voici l’extrait de la lettre.

“(Olympe de G.) invited you to appear in a film she was making entitled Don’t Call Me a Dick. You did so appear. When invited to appear you told (Olympe de G.) you were not willing to have oral sex performed on you, nor to be penetrated in a ’doggy style’ position. You did not set any other sexual boundaries. (Olympe de G.) respected your stipulations about oral sex and doggy style anal sex. “

Dans la scène de pegging d’Architecture Porn, Rooster est à plat ventre. Lorsque Rooster et moi avions parlé tous les deux de nos limites en France, avant le tournage d’Architecture Porn, Rooster m’avait dit que la levrette (“doggy style”) était une position qu’ille ne pratiquait que si ille se sentait intime avec quelqu’un. Rooster m’avait proposé ce soir-là de la pratiquer avec lui, me disant, qu’avec moi, ille se sentait en confiance. Ce soir-là, j’ai préféré que nous ne la pratiquions pas.

Les limites de chacun et chacune dépendent du contexte, et des partenaires. Rooster ne souhaitait pas être pénétré en levrette sur un tournage avec Heidi Switch, qu’ille ne connaissait pas. Cette limite a bien évidemment été respectée. En revanche, Rooster était d’accord pour que nous pratiquions cette position ensemble.

C’est ce que montrent les images du film : Rooster attend sur le ventre que je le rejoigne, et me guide. C’est un rapport sexuel discuté, et préparé.

Cette préparation et cette discussion sur nos limites sexuelles qui ont eu lieu avant le tournage de la scène ont de nombreux témoins : Erika Lust, ainsi que toute l’équipe du film et la talent manager présente sur le plateau pour s’assurer que les performers sont entendus et se sentent en sécurité.

☛ Pourquoi l’instrumentalisation de #MeToo par Rooster me révolte.

Si la plainte pour viol de Rooster s’avère réelle, je n’hésiterai pas à porter plainte pour dénonciation calomnieuse.

Car au delà du cauchemar que Rooster m’a fait vivre — je me suis déjà exprimée sur les conséquences psychologiques de sa campagne de harcèlement — je suis profondément choquée par la façon dont Rooster se sert (et donc dessert) le mouvement #MeToo afin d’assouvir ses désirs de revanche personnelle. 

Des femmes se battent depuis des années pour faire entendre les témoignages des victimes d’agressions sexuelles sans qu’ils soient remis systématiquement en doute, décrédibilisés. Ce contexte nouveau, fragile, qui favorise la libération d’une parole aussi sincère que douloureuse repose sur le fait que les témoignages des victimes soient acceptés sans remise en question par leur entourage. #MeToo, c’est croire sans hésiter une personne qui exprime sa douleur d’avoir été agressée. Une démarche utile et positive lorsque les victimes ne sont animées par rien d’autre qu’une soif de justice. 

J’ai participé au mouvement #MeToo à l’automne 2017, en parlant pour la première fois d’agressions sexuelles qui me sont arrivées entre mes 11 ans et mes 21 ans sur les réseaux sociaux. Je comprends le sentiment d’injustice, et le besoin d’être entendue. #MeToo a été un moment important dans ma vie. En revanche, que cette dynamique se retourne contre moi, je ne l’avais pas vu venir. Le fameux retour de bâton a été quasi instantané.

Quand Rooster s’est servi des hashtags #MeToo, #TimesUp, ça a été pour propager de façon opportuniste des mensonges terribles, motivés par son désir de revanche personnel contre moi. Associés au hashtag #MeToo, ses témoignages n’ont aucunement été remis en question, ils ont été accueillis avec sympathie. Rooster a été remercié publiquement par des festivals pour sa bravoure, ille a été invité à participer à des tables rondes pour parler de son expérience, pour sensibiliser sur la question de la sécurité sur les tournages de porno. 

Quel cynisme. #MeToo n’est pas un instrument de vengeance pour gérer un sentiment de rejet, de frustration, de paranoïa. #MeToo n’est pas une arme qu’un homme peut retourner contre une femme qui n’a pas voulu de lui. Utiliser #MeToo pour faire du tort à quelqu’un, c’est profondément malhonnête, c’est opportuniste, et c’est surtout ce que l’on peut faire de pire à toutes les victimes qui se battent pour que leur parole ne soit pas remise en question. 

Quand un menteur profite de #MeToo, et profère de fausses accusations de viol ou d’agression sexuelle pour nuire à quelqu’un, ille donne de l’eau au moulin de tous ceux qui mettent la parole des victimes en doute. L’existence même de cette parole opportuniste fragilise la parole des véritables victimes. Et ça, c’est inacceptable. Ça suffit.

☛ Mi-septembre 2019, Rooster est mis en examen pour diffamation.

Rooster a été mis en examen pour diffamation dans le cadre de ses propos tenus sur la plateforme Médium.

Ça ne l’empêche pas de continuer, depuis sa convocation au Palais de Justice, à publier des vidéos appelant au cyber harcèlement en meute.

“If people wanna call out Olympe or call in Olympe – especially if you’re French – please do it! Don’t keep on like putting you know … Use your privilege and do it! (…) She can not sue us all”

Mais cette mise en examen reste une bonne nouvelle.

J’en profite pour partager avec vous cette info utile : le cyber harcèlement en meute est puni par la loi Schiappa depuis août 2018. Jusqu’à présent, seuls les actes répétés par une seule personne pouvaient constituer du harcèlement moral ou sexuel. L’article 222-33-2-2 du Code pénal sanctionnait “le fait de harceler une personne par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de vie se traduisant par une altération de sa santé physique ou mentale”. Le nouveau texte a étendu l’application du droit du harcèlement aux actions de groupe et à l’utilisation de “support numérique ou électronique”. Sont punis les raids menés à des fins de cyberharcèlement dès lors que ces derniers ont des motivations sexuelles ou sexistes. L’ensemble des membres du groupe écopent d’une sanction, même s’ils et elles n’ont pas agi “de façon répétée”. Les peines encourues sont de jusqu’à 3 ans de prison et 45000 euros d’amende. Si le sujet vous intéresse, je vous encourage à lire des articles sur ce procès emblématique que fut celui des cyberharceleurs de la journaliste Nadia Daam, défendue par Maître Éric Morain.

☛☛☛ EN QUELQUES MOTS

Après qu’Olympe de G. a mis fin à leur relation amoureuse, Rooster, acteur porno, l’accuse sur les réseaux sociaux de l’avoir agressé sexuellement, puis violé. En un an et demi, les allégations de Rooster n’ont cessé de se multiplier et de se contredire. Olympe de G. partage en toute transparence le making of et les rushes du film. Elle a porté plainte pour harcèlement. Rooster a été mis en examen en septembre 2019 pour diffamation.

Connais-toi toi-même

J’ai a-do-ré « Connais-toi toi-même » de Clarence Edgar Rosa illustré par Suzie Q ! J’y ai appris plein de choses, notamment l’existence d’un mouvement d’auto-exploration de l’anatomie féminine, le « self help », né dans les années 70 à LA, et dont ce manuel reprend le principe aujourd’hui… mais aussi qu’un col de l’utérus ressemble à un donut ou au gland d’un pénis vu d’en haut, ou bien l’origine (à chérir) du mot cyprine… bref, je vais aller m’acheter un spéculum. Merci de nous faire regarder à l’intérieur de nous ! @lamusardine.editions

Carrie Fischer

« Elle est tapée dis donc », « quelle vieille peau celle-là », « et elle en est à combien de liftings ? » … Qu’on fasse tout pour effacer les traces du temps, ou qu’on laisse passer les années sans toucher à rien, de toute façons quand on est une femme, on vieillit sous les regards acerbes. C’est une faute de goût de continuer à exister à l’âge des rides et des cheveux gris. Lâchez-nous. Laissez-nous nous fripper tranquillement et regardez-nous prendre de l’âge avec autant de tendresse que vous regardez vieillir les arbres, le vin. Ou les hommes, tiens.

Martin Page

J’ai envie de partager avec vous quelques extraits de ce live de Martin Page que je vous recommande chaudement : au-delà de la pénétration. C’est un manifeste pour une sexualité VRAIMENT libérée :

👉 débarrassée de toute injonction (il faudrait un pénis dans un vagin sinon on a pas vraiment baisé, il faudrait sucer, et avaler, sinon on est du siècle dernier)

👉 refusant toute course à la performance (t’as déjà fait un plan à 4 ? Tu maîtrises ton réflexe nauséeux pour faire des gorges profondes ? Non, et alors…)

👉 qui n’est plus conditionnée par ces sentiments de honte ou de victoire que l’on peut ressentir en se comparant à ce que est perçu comme norme (tu baises combien de fois par mois toi ? Bah, zéro. Ou alors : bah, 200).

Ce qui m’a touchée particulièrement dans cet essai, c’est qu’au-delà d’une sexualité sans pénétration, il revendique aussi la possibilité d’assumer sa non envie (ou sa non capacité) à jouir. À baiser. Et ça, je trouve ça profondément libérateur, et j’aimerais vraiment qu’on en parle plus (y compris dans le porno !). J’ai moi-même déjà passé des mois et des mois à ne ressentir aucune, mais alors AUCUNE envie de sexe, que je sois seule ou en couple. Et il m’était difficile de ne pas me sentir en faute, dysfonctionnelle, de ne pas en avoir honte. Parlons de sexe, c’est important. Parlons aussi de non-sexe, ça l’est tout autant !

Betty Dodson

C’est le dernier jour du masturbation month. En guise de cérémonie de clôture j’ai envie de vous parler de Betty Dodson, 89 ans, féministe pro-sexe New-Yorkaise et éducatrice sexuelle toujours en activité. Depuis son divorce à la fin des années 60, elle a consacré sa vie à la connaissance de soi sexuelle, et à promotion de la masturbation auprès des femmes. Elle organisait, et je crois organise toujours, des groupes de « Bodysex », au cours desquels 10 à 15 femmes apprenaient à connaître leur sexe, et découvraient l’usage des vibromasseurs. Je vous recommande son best-seller: « Sex for one, the joy of self loving », et si vous préférez la voir en action, sa rencontre avec @karleyslutever ici : https://www.youtube.com/watch?v=FrXDIN48j54 Sur ce, happy self loving, joyeuse masturbation à tous.tes ce mois-ci, et pour toutes les mois à venir, jusqu’à 89 ans et au-delà ❤ 
Photo 1 by Jesper Haynes, photo 2 from Harvard University Schelsinger Library on the history of women in America 
#masturbation#selflove#bettydodson#sexpositive#masturbationmonthofmay

Catherine Robbe-Grillet

Connaissez-vous, Catherine Robbe-Grillet, aka Jeanne de Berg, 88 ans et maîtresse, que dis-je, artiste de cérémonie SM ? J’aime tellement l’entendre parler d’elle que je n’ai pas envie de vous en dire plus. Juste de vous conseiller son ouvrage Cérémonies de Femmes, et les 5 épisodes d’À voix nue, où elle se raconte. 
https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/catherine-robbe-grillet-la-singuliere-15-croix-de-nacre-et-couronne-d-epines
https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/catherine-robbe-grillet-la-singuliere-25-un-aspect-de-petite-fille-et-des
https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/catherine-robbe-grillet-la-singuliere-35-une-femme-double-une-plume-au-service-du
https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/catherine-robbe-grillet-la-singuliere-45-ceremonie-de-femmes
https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/catherine-robbe-grillet-la-singuliere-55-maitresse-femme
Photo de #laurent troude @laurenttroude